ALGERIE/Ensemble pour la non-violence
   
 
  .harcelement-entre-eleves
 
 

 

 

 

  Le site de l'A.P.H.E.E.

Association pour la prévention 
des phénomènes de harcèlement entre élèves

aphee@neuf.fr

Dan Olweus

le premier théoricien du school bullying

 

Dan Olweus est professeur de psychologie à l'université de Bergen (Norvège). Ses premiers travaux portent sur l'agressivité humaine. C'est à partir de la fin des années 1970 qu'il forge le concept de school bullying.

Un de ses ouvrages a été traduit en français en 1999 sous le titre, Violences entre élèves, harcèlements et brutalités, les faits, les solutions (ESF éditeur, traduction de Marie-Hélène Hamen, préface de Jacques Pain). Mais il est actuellement indisponible.

 

Nous donnons ici un résumé du premier chapitre de ce texte essentiel pour la compréhension des phénomènes de harcèlement et de brimades entre élèves.

Qu'entend-on par School Bullying?

Un élève en est victime "lorsqu'il est exposé de façon répétée et à long terme, à des actions négatives de la part d'un ou plusieurs autres élèves" [...] Les actions négatives peuvent s'exprimer par des mots, par exemple par des menaces, railleries, taquineries et sobriquets. On parle aussi d'une action négative lorsque quelqu'un frappe, pousse, frappe du pied, pince ou retient quelqu'un d'autre, c'est à dire lorsqu'il y a contact physique. Les actions négatives peuvent également être perpétuées sans paroles ni contact physique, comme dans le cas des grimaces, gestes obscènes, ostracismes, ou refus d'accéder aux souhaits d'autrui".

 

Combien d'élèves sont concernés ?

Selon l'enquête menée par Dan Olweus, environ 15% des élèves des écoles primaires et collège de Norvège sont concernés par des faits de harcèlement, c'est à dire un élève sur sept.  9% peuvent être considérés comme des victimes régulières et 7% comme des agresseurs

Y a-t-il plus de harcèlement chez les garçons ou chez les filles?

Les garçons ont plus tendance à être exposés à ces formes de violence que les filles. Mais si ces dernières semblent relativement épargnés par des violences directes, elles sont davantage exposées à des "violences indirectes et plus subtiles": ostracisme, rumeurs, manipulation des liens d'amitié...

Quelle est la réaction des enseignants? Les parents sont-ils informés?

Les enseignants réagissent "relativement peu pour mettre fin aux violences entre élèves, si l'on en croit les élèves harcelés et ceux qui les tourmentent". De grandes différences sont cependant constatées d'un établissement à un autre. Les parents des élèves victimes sont souvent maintenus dans l'ignorance du problème. 55% des élèves d'école primaire, victimes de harcèlement, disent en avoir parlé à la maison, mais ce pourcentage tombe à 35% chez les élèves de collège.

Quel est le rôle joué par l'effectif des classes et par le degré de surveillance des récréations?

Les résultats de l'enquête de Dan Olweus établissent qu'il n'existe pas de lien entre le niveau de harcèlement et l'effectif de la classe ou de celui de l'établissement. Le pourcentage d'élèves victimes reste le même dans les écoles à classe unique ou dans les écoles plus grandes. En revanche, plus le nombre des enseignants surveillant les récréations est élevé, plus le niveau des problèmes est bas.

Les conditions socio-économiques jouent-elles un rôle?

Il n'est pas possible, soutient Dan Olweus, "d'expliquer le statut d'agresseur ou de victime d'un élève comme étant la conséquence des mauvaises conditions socio-économiques de sa famille". Le pourcentage d'élèves agressifs est le même à tous les niveaux de la société.

Quelles sont les caractéristiques des victimes?

Les élèves victimes sont "plus angoissées  et souffrent d'un manque de confiance plus grand que les autres élèves".  Ils ont une mauvaise image d'eux-même et considèrent "qu'ils ne valent rien, se sentent stupides, honteux et indésirables". Ils sont souvent timides, ont peu de camarades et sont isolés au sein de leur classe.

Quelles sont les caractéristiques des agresseurs?

Les agresseurs ont "un niveau d'angoisse et de manque de confiance en soi étonnamment bas". Ils ne souffrent aucunement d'un manque d'amour propre. Ils aiment commander et ressentent "un grand besoin de pouvoir et de domination". Un manque d'attention, un excès de liberté ou, au contraire, le recours à des méthodes d'éducation très répressives sont, en règle générales les caractéristiques principales de leur éducation. 

 

Bibliographie de Dan Olweus

Hackkycklingar och översittare. Forskning om skolmobbning, Stockholm, Almqvist & Wicksell, 1973

Personality and aggression , In J.K. Cole & D.D. Jen­ sen (Eds.), Nebraska Symposium on Motivation 1972, Lincoln, University of Nebraska Press, 1973

Aggression and peer acceptance in adolescent boys: Two short-term longitudinal studies of ratings, Child Development,48,1301-13, 1977.

Aggression in the schools. Bullies and whipping boys, Washington, D.C., Hemisphere Press (Wiley), 1978.

Stability of aggressive reaction patterns in males, A review, Psychological Bulletin, 86, 852-75, 1979.

Familial and temperamental determinants of behavior in adolescent boys: A causal analysis, Developmental Psychology, 16, 644-60, 1980.

Bullying among school-boys, In N. Canrwell (Ed.),      Children and violence, Stockholm, Akade-militteratur, 1981.

Low school achievement and aggressive behavior in adolescent boys, In D. Magnusson & V. Allen (Eds.), Human. development. An interactional perspective, New York. Academic  Press, 1983.

Aggressors and their victims : Bullying at school, In N. Frude & H. Gault (Eds.), Disruptive behavior in school, New York,  Wiley, 1984.

80000 barn er innblandet i mobbing, Norsk Skoleblad, Oslo, Norway, 2, 18-23, 1985.

Mobbning - vad vi vet och vad vi kan göra, Stockhlom Liber, 1986.

Prevalence and incidence in the study of antisocial behavior: Definitions and measurement », In M. Klein (Ed.). Cross-national research in self-reported crime and delinquency. Dordrecht, The Netherlands, Kluwer, 1989.

Bully/victim problems among schoolchildren : Basics  facts and effects of a school based intervention program. In D. PepIer & K. Rubin (Eds.), The development and treatment of childhood aggression. Hillsdale, N.J., Erlbaum, 1991.

Bullying among schoolchildren : Intervention and prevention, In R.D. Peters, R.J. McMahon & V.L. Quincy (Eds), Aggression and violence throughout the life span, 1992.

Victimization by peers : Antecedents and longterm out-comes, In K.H. Rubin & J.B. Asendorf (Eds.), Social withdrawal, inhibition, and shyness in childhood, Hillsdale, N.J., Erlbaum, 1993.

Bullying in Schools : what we know and what we can do. London: Blackwell, 1993.

Bullying at school : basic facts and effects of a school based intervention program. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 35, 1994, 1171-1190.

Bouton "J'aime" de Facebook
 
Publicité
 
 
vous etes deja 274038 visiteurs (752355 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
حمعية “معا ضد العنف”