ALGERIE/Ensemble pour la non-violence
   
 
  Témoignages ( enseignants et parents
DES DOCUMENTS ET DES TÉMOIGNAGES ACCABLANTS LE CONFIRMENT
ON FRAPPE ENCORE DANS NOS ÉCOLES !



parce qu'elle n'a pas RAMENÉ LE BON CAHIER
«Son enseignante a failli lui arracher l’oreille»


La scène, absolument authentique, s’est produite lundi passé quelque part dans une école algérienne. C’est parce qu’elle a ramené son cahier «d’expression écrite» au lieu de celui de «sciences civiques» que sa maîtresse l’a prise par les deux oreilles pour ensuite la secouer rudement et la balancer contre la vitre d’une fenêtre. La fillette se releva toute seule et regagna sa place sans souffler mot ou verser une seule larme. Son oreille commença a saigné, son cahier «d’expression écrite» paya aussi la sauce en se tachant de sang. Son oreille était grièvement blessée et les douleurs devenaient de plus en plus atroces et insupportables.

Cependant, la fillette, toujours sous le choc, traumatisée et culpabilisée, n’a pas osée dire à sa maîtresse ce qui était en train de lui arriver de peur qu’elle la batte encore. A ce stade du traumatisme, la petite fille innocente se sentait coupable de sa blessure et du sang qui coulait de son oreille, souillant même son cahier de devoir. Ainsi, elle passa plus d’une demiheure dans cet état de détresse avant que le supplice du « cours » ne prenne fin et qu’elle puisse enfin rejoindre son domicile. Or, les parents de la petite fille travaillent tous les deux et ne rentrent que tard le soir. C’est alors la tante de la fillette qui a constaté la blessure et l’a emmenée en urgence à la polyclinique de Dergana. Mais là- comble de malheur- « le personnel soignant était absent », nous dira le père de la fille à qui nous avons rendu visite au lendemain du drame. Impossible de lui prodiguer donc les premiers soins et lui délivrer un certificat médical. Il a fallu attendre le retour de la mère, le soir. Celle-ci a nettoyé la blessure de la fillette, laquelle blessure commençait déjà à s’infecter. Incroyable ! Ce n’est pourtant qu’une petite fille de 9 ans, en troisième année scolaire, inscrite à l’école primaire dite « Nouvelle école Dergana II », située à Dergana, dans la commune de Bordj El Bahri. Elle s’appelle Wahiba L. Il s’agit d’une bonne élève, calme, brave et de nature obéissante. Si elle a confondu entre deux cahiers, ce n’est après tout pas la fin du monde, ni celle d’une oreille. Quelle que soit la faute d’un enfant, les sévices corporels sont absolument proscrits. Et puis, l’enseignante est sensé savoir que les parents de la fille travaillent et que c’est la fille elle-même qui change ses affaires scolaires à midi. Si Benbouzid a multiplié les matières, les livres et les cahiers, il fallait bien s’attendre à ce que les enfants se trompent parfois en « remplissant » leurs lourds cartables. Il fallait penser aussi à mettre des armoires à la disposition des élèves afin qu’ils gardent leurs affaires scolaires en classe. Dans ce cas, il serait impossible aux parents de faire réviser leurs enfants, à moins d’investir dans l’achat exorbitant d’affaires en double.

QUAND BENBOUZID DIT IGNORER CE QUI SE PASSE DANS «SES» ÉCOLES

La recrudescence de la violence en milieu scolaire préoccupe le ministère de l’Éducation nationale. Les chiffres révélés par une étude menée par son département entre 2001 et 2007 avancent 59 000 cas. Une conférence nationale sur la violence dans les établissements scolaires et les moyens de lutte contre ce phénomène sera organisée prochainement. Elle regroupera des spécialistes, des experts, des enseignants et des parents d’élèves pour examiner de «manière approfondie» ce phénomène qui a pris de l’ampleur. Ce phénomène sera traité avec rigueur. « La conférence devra être sanctionnée par un texte de loi qui figurera parmi les moyens légaux dont le ministère de l’enseignement usera pour lutter contre ceux qui recourront à la violence comme moyen de traitement au sein ou en dehors des établissements scolaires... » . Ce sont là quelques phrases prises de l’intervention du ministre de l’Éducation jeudi passé sur les ondes de la chaîne III, lequel a indiqué que son département « s’inquiète réellement et qu’il est temps de réagir… ». A cet effet, ce haut responsable semble ignorer qu’il y a des élèves innocents qui se font tabasser, intimider, traumatiser…et que certains en perdent même la vie. Pour Benbouzid «la violence n’est pas le produit de l’école» car «à l’école on éduque et l’on apprend aux élèves les bons préceptes». Rien n’est plus vrai ! Mais comment peut-on qualifier ce qui s’est passé avec la petite Wahiba, la mort de la petite Maroua Boulayoune à Annaba, le petit Wassim Belhal de Bab Ezzouar qui a été frappé par un bâton à la tête par sa maîtresse, lui causant de graves lésions au crâne ( Il s’agit d’une très grave affaire qui s’est déroulé en avril 2008. Lire notre article en page 3) ? Et la liste reste ouverte. Il suffit de parler avec son camarade, d’arriver en retard, de ne pas répondre à une question où de ne pas lire convenablement un texte pour risquer les pires sévices de la part d’enseignants qui semblent extérioriser leurs haines et leurs frustrations sur de pauvres enfants sans défense. A l’établissement où s’est déroulé cet incident (Nouvelle Ecole Primaire Dergana II), mardi passé, nous avons été reçus par quelques enseignantes car le directeur de l’établissement était absent. L’enseignante en question, Mme S., n’était pas non plus disponible. Lors de notre entretien avec ses collègues, ils nous ont fait savoir que les parents de Wahiba sont déjà venus voir l’enseignante et qu’elle leur a présenté ses excuses. Même si les élèves de cette classe (3ème année primaire) ne sont pas faciles à gérer, comme nous l’a dit leur enseignante de français - « Une classe très turbulente », précise-t-elle -, il y a des manières plus pédagogiques pour les corriger. Cette dernière nous a également fait savoir que des comportements pareils ne sont pas de l’habitude de cette enseignante. « C’est une personne très généreuse et qui use parfois de ses propres moyens pour aider ses élèves. Il faut tout de même la comprendre car elle vit des conditions un peu particulières ». Il est vrai que les enseignants travaillent dans des conditions déplorables, que leur niveau de vie et leur statut social sont médiocres… mais ce n’est tout de même pas une raison pour extérioriser leurs difficultés au détriment de leurs élèves. Si le métier de l’enseignement est « ingrat », comme nous l’a dit une des collègues de cette enseignante, ce n’est pas la faute des élèves. Dans ce cas là, au lieu de tirer les oreilles d’un élève il faut le faire aux premiers responsables car il y en a bien qui méritent ce châtiment ! D’après les parents de la petite Wahiba, lors de leur entretien avec cette enseignante, après avoir demandé des excuses, elle leur a dit que « si elle s’est mise en colère contre Wahiba, ce n’est pas seulement parce qu’elle n’a pas ramené le bon cahier mais c’est aussi parce qu’elle a constaté une certaine régression chez la gamine, à savoir qu’elle ne fournit pas autant d’efforts qu’avant ». S’il s’agit là d’une explication valable aux yeux de cette enseignante quant à son comportement vis-à-vis de la petite Wahiba, les parents de celleci ne partagent pas du tout son avis. Selon eux, si Wahiba ne fournit plus d’efforts comme avant et si ses résultats étaient moins probants, il fallait convoqué ces parents et les prévenir, réfléchir ensemble, voir ce qui ne va pas chez la petite, ce qui est à l’origine de cette régression, et ce afin d’aboutir à une solution qui sera d’abord et avant tout bénéfique pour l’élève car un enfant qui change de comportement du jour au lendemain ou qui ne travaille pas comme avant c’est qu’il y a bien quelque chose qui ne va pas quelque part, et ce n’est certainement pas en lui, ou du moins de sa faute.Toutefois, si l’interdiction de la violence à l’école est « basée » sur des textes réglementaires, comme l’a indiqué Benbouzid à la chaîne III, et que «les dispositions réglementaires et législatives sont là pour sanctionner tout dépassement tels les insultes, les châtiments corporels, les brimades, les humiliations et que ces textes peuvent aller jusqu’aux poursuites judiciaires», ceci est basé sur quoi monsieur le ministre ? Il est à signaler que toutes nos tentatives pour prendre contact avec la direction de l’éducation d’Alger se sont avérées vaines. Wahiba, qui a vu son cahier « d’expression » écrite souillé par son propre sang que sa maîtresse a fait coulée, risque de haïr l’enseignement, les études et les enseignants… Peut-être, vu son âge, développera-t-telle une phobie dans ce sens ? Très possible ! Elle qui a vu « l’expression » souillée de son propre sang pourra-t-elle « s’exprimer » correctement à l’avenir ?



SA MAÎTRESSE LUI A CAUSÉ UNE PLAIE DE 1,5 CM AU CRÂNE
Wassim et la phobie de l’école



Nous sommes le 07/04/2008 : le Dr Mokraoui certifie, à l'établissement public de santé de proximité de Bordj El Kiffan- Dergana, que Wassim B., âgé de 10 ans, accompagné par son directeur de l'établissement (école primaire ......), a été victime d'un traumatisme avec plaie de 1 cm environ et qui a nécessité des soins locaux, avec une couverture antibiotique de 8 jours.

«D’ après les déclarations du directeur de l'établissement, l'enfant a reçu un coup de bâton au niveau de la tête, causé par son professeur», précise le médecin dans le certificat médical. Le lendemain, le médecin légiste et après avoir constaté dans son examen clinique une plaie contuse linéaire de 1,5 cm de long, de la région temporale droite, lui a inscrit une incapacité totale temporaire de travail (ITT) de 5 jours. En effet, tout a commencé le 11 mars 2008 lorsque Wassim a été traduit en Conseil de discipline sans que les parents ne soient informés. Le 15 du même mois, alors que les élèves sont en vacances, le secrétaire général de l'Académie d'Alger- Est a signé le transfert de Wassim vers un autre Établissement. Après la reprise des cours, le 29 du même mois, Wassim a assisté à son premier cours de 8h à 12h le plus normalement du monde. Mais au moment où il quittait son établissement le directeur lui a remis un document qui comprend son transfert vers un autre établissement. Sur quelle base et de quel droit, s'interroge le père de Wassim qui précise que « la loi n'autorise en aucun cas le recours à ce genre de procédures dans une école primaire » car, rajoute-t-il, « le document qui a été remis à mon fils n'a aucun sens. C'est une sorte de mutation ! ». Devant l'insistance et les multiples démarches des parents de l'écolier chassé de son école, la même personne qui a signé le transfert de Wassim, c'est-àdire le S.G de l'Académie d'Alger-Est, a signé 31/03/2008 un document portant la réintégration du jeune élève dans son établissement d'origine, sans toutefois exclure la décision de transfert qu'il avait signée 16 jours auparavant. Chose qui fait que Wassim est inscrit dans deux établissements en même temps. Le 01/04/2008, il intègre sa classe pour qu'au bout d'une semaine, à savoir le 07 du même mois, il reçoit un coup de bâton sur la tête par son institutrice, lui causant une plaie de 1,5 cm selon le constat médical du médecin légiste. Deux jours après, le père de la victime envoie une requête à l'inspecteur de l'académie et dépose une plainte au niveau du commissariat de ...... ... Le 14 avril l'affaire est traduite en justice. Depuis, le père de Wassim raconte : « Parce que je travaille dans le corps éducatif, on a essayé par tous les moyens de faire pression sur moi. Le 20 avril, j'ai été convoqué par le Secrétaire général de l'académie d'Alger-Est, non pas en tant que parent d'élèves, mais en tant qu'adjoint d'éducation pour que je sois l'objet de pression. Comme je ne me suis pas soumis à ses recommandations, j'ai été quelques temps après relevé de mes fonctions. Plus grave encore, à savoir 6 jours après la traduction de l'affaire en justice, et alors que j'accompagnais mon fils à l'école en compagnie de ma femme, le planton de l'établissement a fait appel à moi sous prétexte que le directeur de l'établissement avait besoin de moi. Une fois à l'intérieur de l'école, j'ai été tabassé par ce planton, le médecin légiste m'a délivré un ITT de six jours».Cette famille a vraiment une mauvaise histoire avec l'école. Non seulement que l'élève a été tabassé par son prof mais en plus son père a été frappé à son tour par un « planton» en l'humiliant devant son fils et sa femme. Aujourd'hui, il faut dire que Wassim a refait son année à cause du traumatisme que lui a causé cette affaire. Contrairement à ce que disait Benbouzid, que la violence scolaire «n'est pas le produit de l'école» mais bien au contraire c'est cette dernière elle-même qui est «victime» de ce fléau, que la violence n'est pas le produit de l'école.A l'école, on éduque, on apprend aux élèves les bons préceptes…». Pour Wassim, l'école n'est plus un lieu de savoir et d'éducation mais plutôt un lieu de brutalité et de violence. Son père nous disait qu'après cet événement il ne voulait plus partir à l'école. Il avait tellement peur qu'à chaque fois que je l'accompagnais à l'école il avait l'impression qu'il allait être abandonné à jamais. Wassim, souffre aujourd'hui de ce qu'on appelle la « phobie de l'école ». 
http://forum.dzfoot.com/lofiversion/index.php/t4857.html
Bouton "J'aime" de Facebook
 
Publicité
 
 
vous etes deja 276409 visiteurs (760187 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
حمعية “معا ضد العنف”