ALGERIE/Ensemble pour la non-violence
   
 
  traumatismes psychiques

460 cas de traumatismes psychiques enregistrés en 2008 à Sétif

Taille du texte: Decrease font Enlarge font

Pas moins de 460 cas de traumatismes psychiques, ou  psycho-traumas, ont été enregistrés en 2008 dans la wilaya de Sétif, a révélé  lundi le chef de service des maladies mentales à la direction de la santé qui  estime ce nombre "important".         
Le Dr Mourad Sana a souligné, dans une communication présentée à l’université  Ferhat Abbas, dans le cadre du premier séminaire sur "le psycho-trauma, la stratégie  de prise en charge et la prévention", que 60 % de ces cas concernent des femmes,  alors que "plus de 300 cas concernent des enfants ne dépassant pas l’âge de  10 ans".         
La plupart des psycho-traumas signalés concernent des agressions sexuelles,  la violence familiale, en particulier entre les conjoints, les accidents de  la circulation ou
la violence en milieu scolaire, a ajouté le même intervenant.         
De son côté, le président de l’université Ferhat Abbas de Sétif, M.  Chekib Arslane Baki, a souligné au cours de la cérémonie d’ouverture de cette  rencontre qui a regroupé des chercheurs d’Algérie et d’Egypte, que le psycho-trauma  constitue aujourd’hui un sujet d’étude à travers le monde où l’on cherche à  trouver de meilleures solutions pour les soins et la prise en charge.         
Selon M. Miloud Sefari, doyen de la faculté des lettres et des sciences  sociales qui a organisé cette rencontre, "le psycho-trauma constitue une expérience  de la violence dont les séquelles physiques et psychologiques sont difficiles  à résorber, autant sur le plan individuel que social".         
Il a ajouté que dans la plupart des cas "le sujet est exposé à l'hystérie  et à des troubles de la conscience, comme on a pu le constater à l’occasion  de nombreux drames individuels et collectifs, vécus durant les années 1990,  marquées par le terrorisme". Il a ajouté que "les difficultés de prise en charge  et de soins se compliquent d’autant plus que la violence est intense".         
Selon cet universitaire, "la prise en charge du psycho-trauma exige  une stratégie d’intervention qui vise avant tout la réinsertion psychologique  du sujet dans son environnement".         
Au cours de leurs interventions, MM. Mustapha Abdessami, Mohamed Morsi  et Issam Tewfik du centre national égyptien des études de l’éducation et du  développement, ont mis en exergue "une forme particulière de psycho-trauma engendrée  par l’oppression pouvant être exercée insidieusement de façon continue", et  dont les séquelles, selon eux, "ne peuvent être résorbées que tardivement".           Les mêmes intervenants ont souligné que "dans les systèmes éducatifs  qui conçoivent l’enseignement comme un moyen d’inculquer des connaissances, beaucoup plus qu’un moyen de développer les capacités de réflexion, l’éducateur  est susceptible de recourir à des méthodes qu’on peut qualifier d’oppressives  dans la mesure où elles ont tendance à faire fi de la personnalité de l’élève".         
Le programme de cette rencontre de deux jours prévoit d’autres interventions,  notamment "le psycho-trauma des enfants victimes des actes terroristes perpétrés  à Bentalha" qui sera présentée par Mohamed Zerdoumi et Lamia Aït Arab, de l’université  d’Alger, ainsi que "les stratégies de prise en charge et de prévention du psycho-trauma  en Algérie" du Dr Nourredine Tourit de l’université de Biskra.         
En outre, le Dr Mohamed Hassan el Habchi (Egypte) interviendra sur "les  chocs subis par des élèves agressés ou humiliés en milieu scolaire". http://www.elmoudjahid.com/accueil/sante/31868.html

Bouton "J'aime" de Facebook
 
Publicité
 
 
vous etes deja 274024 visiteurs (752246 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
حمعية “معا ضد العنف”