ALGERIE/Ensemble pour la non-violence
   
 
  Les postes de surveillance

Algérie : Les postes de surveillance ne sont plus à l’ordre du jour

Annoncés au lendemain de la mort d’un collégien aux Amandiers
jeudi 16 avril 2009.

L’installation de postes de sécurité à l’entrée des établissements scolaires en Algérie, annoncée au lendemain des événements tragiques qui avaient mis en émoi l’ensemble du secteur de l’Education, semble être remise aux calendes grecques.

 

 

« Le dernier trimestre étant déjà entamé, il est difficile de concevoir des postes de sécurité à l’entrée des établissements scolaires sur une si courte échéance », dira un responsable de la direction de l’Education.

Ceci ne fait que confirmer les appréhension des parents d’élèves, des élèves eux-mêmes et de quelques enseignants suite à l’annonce précipitée faite par le premier responsable du secteur de l’Education pour la wilaya au lendemain de la mort d’un collégiens à l’entrée du CEM Zaki Saïd aux Amandiers.

C’est d’ailleurs à ce propos, que le directeur de l’Education avait, lors d’un point de presse organisé en son institution, précisé : « Nous avançons étape par étape, et ce que nous ne pouvons faire cette année nous le ferons l’année suivante, d’autant plus que la nouvelle stratégie de sensibilisation contre les cas de violence en milieu scolaire s’étalera sur trois années ».

Pour ces cas de violence enregistrés en milieu scolaire, un certain satisfecit est affiché par les responsables du secteur de l’Education comme précisé, hier, lors de l’allocution inaugurale prononcée par M.Brahimi, à l’occasion de la journée du savoir organisée symboliquement au CEM Zaki Saïd.

« Les rapports établis par les chefs d’établissements qui nous sont adressés confirment la baisse conséquente de ces cas de violence, d’où la réussite de la stratégie mise en place ».

Cela dit, certains enseignants tiendront à préciser : « Ce n’est pas un évènement tragique qui s’est déroulé aux portes du CEM Zaki Saïd des Amandiers mais, plutôt, deux évènements, et les mesures prises n’ont pas été efficaces la première fois, ce qui a donné lieu à un autre drame ». Par ailleurs la nécessité de surveillance à l’entrée des établissements scolaires est incontestable, ce que réclament les parents d’élèves de plusieurs établissements appuyés par les associations.

B. Djamel, parent d’élève et membre d’une association, dira, à ce propos : « La violence existe devant et à l’intérieur des établissements. La première des choses à faire c’est de sécuriser pour mieux filtrer les entrées. Des étrangers viennent perturber les élèves et cela donne lieu à de nombreux dépassements.

C’est donc pour éviter tout dépassement qu’il est indispensable de sécuriser les établissements. L’idée de mettre des postes de surveillance a été bien accueillie une fois annoncée, mais de nombreux parents commencent à se demander si ce n’est là tout juste qu’une annonce pour calmer les esprits très tendus à cette période ».

La voix de l’oranie

 

Retour à l'Accueil

 

 

Contenu de la nouvelle page
Bouton "J'aime" de Facebook
 
Publicité
 
 
vous etes deja 274073 visiteurs (752630 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
حمعية “معا ضد العنف”